accueil
Revue de Presse
    ATS
    n°175 - Octobre 2016

    Horticulture et Paysage

    Noues végétalisées : palier l’imperméabilisation des sols
    ATS
    Hors-Série - Juillet 2016

    CHANTIERS DE FRANCE

    AquaTerra Solutions : Géo-alvéoles XXL
    ATS
    n°5869 Mai 2016

    Le moniteur

    Fagots de fibres épuratoires
    ATS
    n°389 Mai 2016

    Paysage actualité

    Fascines en fibres de bois
    ATS
    n°5 - Avril 2016

    SolScope Mag

    Confinement des terres et granulats par géoalvéoles
    ATS
    n°40 - Avril 2016

    Egis contact

    Le parc du Heyritz, nouveau poumon vert de Strasbourg
    ATS
    n°170 - Mars 2016

    Horticulture et Paysage

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°70 - Mars 2016

    Profession Paysagiste

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°118 - Mars 2016

    Matériel & Paysage

    Génie écologique et végétal
    ATS
    n°69 - Fev 2016

    Profession Paysagiste

    Gabions : structurez le jardin en un temps record
guide
1. Comment fonctionne un écran antibruit ou barrière antibruit ?

1. Comment fonctionne un écran antibruit ou barrière antibruit ?

Les bruits de roulements générés par une infrastructure linéaire sont des vibrations se propageant dans l’air et le sol.

On distingue 4 niveaux d’ondes sonores :

  • La réflexion : l’onde sonore se réfléchit sur l’écran. L’objectif est d’absorber une partie de son énergie au niveau de l’écran.
  • La diffraction : l’onde se comporte comme une source secondaire de diffusion.
  • La transmission : l’onde se propage à travers l’écran. L’objectif est d’atténuer son énergie.
  • L’absorption : l’onde est absorbée par le dispositif de protection.

La loi sur le Bruit a défini des niveaux sonores variant de 55 à 65 dB(A), au-delà desquels les façades riveraines doivent être protégées du bruit.

La mise en place de protections acoustiques répond à la fonction essentielle « d’isoler les riverains du bruit de la circulation » via différentes techniques (isolation en façade, merlons ou écran anti bruit) en fonction de la configuration de la voie et du trafic. L’objectif des dispositifs étant de réaliser une protection acoustique permettant d’isoler les sources de bruit en faisant obstacle aux quatre types d’ondes sonores.

Une surface lisse et réfléchissante comme des murs antibruit en béton, acier ou verre vont renvoyer la plupart du bruit dans leur environnement initial. Un écran anti-bruit efficace doit favoriser le contrôle du son, en absorbant, diffusant et réduisant les sons émis.

La majorité des bruits routiers se répandent par ligne de vue. Lorsqu’un camion est visible, le bruit qu’il émet est lui aussi perceptible. Un mur bas n’est pas en mesure de pouvoir arrêter les bruits de circulations émis par les gros et lourds véhicules circulant aujourd’hui sur nos routes.

Cette haie de persistants est une mauvaise barrière anti-bruit. Les bruits de la route peuvent franchir cette haie de toute part, en passant sous, au travers ou par-dessus la haie et cela sans réduction du volume sonore. 

Pour avoir une action antibruit, une haie doit être très dense et mesurer plus de 20 m de large pour permettre une réduction significative du bruit.

Les clôtures en tôle ondulée ne sont pas non plus une solution antibruit satisfaisante. Elles sont tellement fines que plus de 80% des bruits passent directement au travers sans atténuation.

Ce mur gabion constitue un écran antibruit efficace. Sa surface réfléchit, diffuse (diffracte) et réduit les bruits. Les sons sont absorbés, bloqués et ne passent ni sous, ni a travers le mur gabion. Une zone d’ombre sonore est ainsi créée à l’arrière de ce mur.

Lors de la construction d’un écran acoustique pour contrer  les bruits de circulation, la hauteur, longueur, et position du mur définissent la taille et la forme de l’ombre sonore engendrée.



Plus le mur sera dense, plus il stoppera les sons. Le volume sonore d’un poids lourd avoisine 85db. Une clôture 100% en bois arrête seulement 25 db, et le reste du son traverse cet écran. Un mur gabion est capable de stopper en quasi-totalité les émissions sonores émises directement par la circulation.