accueil
Revue de Presse
    ATS
    n°175 - Octobre 2016

    Horticulture et Paysage

    Noues végétalisées : palier l’imperméabilisation des sols
    ATS
    Hors-Série - Juillet 2016

    CHANTIERS DE FRANCE

    AquaTerra Solutions : Géo-alvéoles XXL
    ATS
    n°5869 Mai 2016

    Le moniteur

    Fagots de fibres épuratoires
    ATS
    n°389 Mai 2016

    Paysage actualité

    Fascines en fibres de bois
    ATS
    n°5 - Avril 2016

    SolScope Mag

    Confinement des terres et granulats par géoalvéoles
    ATS
    n°40 - Avril 2016

    Egis contact

    Le parc du Heyritz, nouveau poumon vert de Strasbourg
    ATS
    n°170 - Mars 2016

    Horticulture et Paysage

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°70 - Mars 2016

    Profession Paysagiste

    Géoalvéoles, la seconde peau des sols
    ATS
    n°118 - Mars 2016

    Matériel & Paysage

    Génie écologique et végétal
    ATS
    n°69 - Fev 2016

    Profession Paysagiste

    Gabions : structurez le jardin en un temps record
guide
2. Merlons, murs et écrans acoustiques

2. Merlons, murs et écrans acoustiques

Les merlons (butte de terre) restent une solution très prisée en zone rurale ou péri urbaine. Leurs inconvénients essentiels sont la consommation importante d’espace et leurs entretiens. A hauteur égale, la protection par merlon a une efficacité plus faible que celle d’un écran car celui-ci est situé au plus près de la source de bruit. Pour un même résultat la hauteur est plus importante.

Les murs et écrans acoustiques se rencontrent en zone urbaine car ils nécessitent peu d’emprise pour leur implantation. Ils restent cependant des ouvrages techniques : le dimensionnement d’un écran part toujours de la mesure de bruit et du niveau de performances recherché. Une fois modélisées, les contraintes définissent les caractéristiques de l’écran.

Pour produire les effets escomptés, l’écran acoustique –dont la masse freine les ondes sonores- doit, dans un premier temps, atteindre une certaine hauteur pour être efficace. Dans un second temps, l’adjonction d’éléments absorbants (sable) et d’éléments poreux (pierres et espaces interstitiels des pierres) va allonger le chemin parcouru par les ondes et absorber ainsi une partie de l’onde de réflexion.